Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2014

La Thaïlande - côte Ouest

 

        

IMG_1821.JPG

 

 

 

Nous voici arrivés, toujours sous voile puisque nous n‘avons plus d‘hélice, à la marina de « Yacht Heaven », au nord Est de Phucket.

Nous y retrouvons Raymond sur son catamaran Anteros.
Une chance extraordinaire pour nous, Raymond avait changé ses hélices il y a 2 mois,  à Langkawi, et avait gardé les anciennes.

Sauvés!

Les self-drives sont identiques, il peut donc nous prêter une hélice pour nous dépanner jusqu’à ce que nous en ramenions une neuve de France.

 

Car inutile de préciser que nous n’en aurions pas trouvé ici et que nous aurions bien pu attendre un mois, ou plus, l’arrivée d’une hélice neuve de France!

          

IMG_1822.JPG

 

 

 

Le capitaine n’attend pas plus longtemps, et plonge tout de suite pour installer la précieuse pièce.

 

Le lendemain matin, aux aurores, nous voyons arriver Raymond, les moteurs de son annexe à fond.

« j’ai oublié le 2° boulon qui sert de sécurité! Je me suis réveillé en pleine nuit en me souvenant de ce détail…….crucial! »

Nous avons bien failli changé une 3° fois d’hélice dans l’année. (souvenez-vous, pour ceux qui ont bien suivi, le changement d’hélice à Darwin au milieu des crocodiles!)

Bon, ici il n’y a pas de crocodiles, mais quand même!

 

 

Pour fêter cela nous allons manger midi et soir à la  cantine du port, chez « papa mama ».

 

       IMG_1826.JPG
     

IMG_1827.JPG

 

 

 

 

1 euro le plat, varié et délicieux, inutile de faire la cuisine à bord.

 

Les habitués apprécient la cuisine thaï, comme « Linette », un petit perroquet gris,

 

           IMG_1833.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La compagne de tous les instants d’un collègue navigateur.
Le capitaine est sous le charme, espérons qu’il ne me préférera pas une Linette, d’autant que ce perroquet ne dit pas un mot. Quelle chance!


 

Mais puisque nous sommes à la marina, nous reprenons le travail, ou plutôt les travaux de maintenance. Nous repartons pour Boat Lagoon et les divers chantiers, que vous connaissez bien maintenant.

 

        IMG_1861.JPG
          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Le capot est maintenant prêt
- notre entourage de pied de mat, en bois, est prêt également
-etc…….
- et notre moteur de dessalinisateur est réparé! Miracle, nous n’y croyions absolument plus.

 

Ce moteur est très lourd, et je réclame le solide sac dans lequel nous l’avions emmené.

Pas de sac, bon, il a été jeté, peu importe. Ah, mais, dans le sac il y avait 2 courroies, très importantes, pour le moteur……….

Notre enthousiasme retombe, et cela va se compliquer sérieusement. Ce sont 2 petites courroies spéciales et bien sûr…..introuvables! Suite au prochain numéro (je me répète un peu, voir fin dernier blog)

 

- pour nous changer les idées, nous allons voir la voilerie Tasker, installée à Phuket, pour la réparation de notre génois, et l’achat éventuel d’un génois neuf pour l’année prochaine.

 

       

IMG_1834.JPG

 

 

 

 

 

Nous sommes admiratifs, jamais nous n’avons vu une voilerie aussi grande!

 

         IMG_1835.JPG
      

IMG_1837.JPG

 

 

Et pour cause, c’est parait-il la plus grande voilerie au monde!  9038 m2.

 

      IMG_1838.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les prix semblent les mêmes qu’en France, comme un peu  tout ce qui concerne le nautisme ici.

 

( note de l’auteur:   pour tous ceux qui cherchent dans ce blog des émerveillements,  justifiés,  sur les richesses culturelles de la Thaïlande, genre visite de temples,  pagodes ou ethnies reculées dans la montagne, je leur conseille vivement d’aller voir ailleurs sans attendre, car, comme vous pouvez le constater, cela n’est pas vraiment l’objet de notre quête……)

 

 

 

 

 

Nous retournons au bateau et commençons à descendre vers le Sud en contournant l’île de Phuket qui doit bien faire 100 km de long.

Arrêt à Cho Long, location de voiture,  pour récupérer le moteur du dessalinisateur. Les réparateurs ont fini par nous trouver 2 courroies neuves.

Retour au bateau, le moteur est très lourd et les bords agressifs manquent de percer l’annexe.

 

Le capitaine remonte le tout et………ça marche! Youppie!

Le capitaine s’accorde un petit somme bien mérité.

 

        

IMG_1841.JPG

 

 

Même si la veille s’en ressent un peu.

 

 

 

 

Nous pouvons à nouveau profiter de petites vacances

 

          IMG_1862.JPG

 

 

 

 

 

Restaurant au bord de l’eau,  les pieds dans le sable  (restaurants que vous connaissez bien maintenant), 2 euros par personne.

 

      

IMG_1866.JPG



 

 

Et à l’heure de la sieste, que diriez-vous d’un petit massage? (6 euros de l’heure)

 

        IMG_1869.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec vue imprenable sur l’horizon.

 

 

IMG_1868.JPG

 

 

 

 

 


La vie est belle!

 

 

 

Nous abordons maintenant la côte Ouest de Phuket. Les paysages changent, beaucoup plus arides

 

        IMG_1880.JPG

 

 

Une petite note qui améliorera notre culture générale:

 

Nous naviguons toujours en mer d’Andaman. C’est une mer qui borde les côtes de Birmanie, Thaïlande, Malaisie, et qui s’étend vers l’Ouest jusqu’aux îles Andaman et Nicobar les séparant du golfe du Bengale.

C’est une mer très poissonneuse en raison de ses côtes sédimenteuses bordées de mangrove. Si riche en poisson qu’elle provoque régulièrement des conflits entre pêcheurs Birmans et Thaïs, conflits qui ont presque dégénéré en affrontements militaires en 1998.
Inutile de préciser que la plupart des espèces sont surpêchees!

Fin de la parenthèse culturelle,

 

 

 

 

Nous pouvons reprendre notre balade, parsemée de  petites îles isolées

       

IMG_1884.JPG

 

 

Sur la quelle veille un bouddha solitaire

 

       IMG_1883.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiens, un bateau de pêche !

 

       

IMG_1888.JPG

 

 

 

Nous arrivons dans l’anse de Nai Ham

 

Ici commence la Thaïlande des plages, du tourisme grand format.

 

        IMG_1890.JPG
       

IMG_1891.JPG


        IMG_1899.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sur cette côte ouest de la Thaïlande que le Tsunami de 2004 a fait de terribles ravages.

 

 

Des panneaux signalent maintenant, mais tardivement, les voies à suivre en cas d’alerte.

 

        IMG_1904.JPG
     

IMG_1905.JPG



 

 

 

 

 

Le 26 décembre 2004 exactement, un Tsunami ravage les côtes de l’océan indien comme l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et l’Inde.

 

Le bilan fait état de 250 000 tués,

 5400 en Thaïlande, dont la moitié était des touristes.

 

Parmi les zones les plus touchées par ce mur d’eau pouvant atteindre 10 m de hauteur, figurent les stations balnéaires de Phuket, Krabi et Phi Phi.

 

Actuellement des détecteurs de niveau de marée permettent de prévoir un Tsunami, quelques minutes (!) , à quelques heures avant la catastrophe, selon la localisation. Si l’océan Pacifique est bien pourvu, l’océan indien reste assez peu équipé car les Tsunamis y sont plus rares, même si des efforts considérables ont été développés depuis cette date fatidique.

L’économie du tourisme a repris son rythme normal maintenant,  mais après avoir subi un terrible coup de frein pendant des années.

 

 

 

 

 

Nous dinons le soir dans un des nombreux restaurants qui bordent la plage.

 

       IMG_1908.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais ne nous attardons pas et reprenons la mer, cap au  Nord, toujours en longeant la côte Ouest de la Thaïlande.

 

      

IMG_1914.JPG

 

 

 

 

 

C’est une côte très exploitée touristiquement, mais les habitations sont dans l’ensemble bien intégrées dans le paysage.

 

        IMG_1919.JPG
     

IMG_1920.JPG



 

 

 

 

 

Sauf à Patong, où nous nous arrêterons au retour.

 

         IMG_1916.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

La vue du large est pourtant alléchante!

 

 

 

 

La chance est avec nous, un fort vent nous permet d’allonger les étapes.

 

      

IMG_1923.JPG

 

 

 

 

 

Armanpari Bay

 

        IMG_1928.JPG
       

IMG_1926.JPG

 

 

 

 

Conseillée pour son snorkling, mais même si les eaux sont un peu moins troubles, la plongée reste très décevante. Pas de coraux, peu de poissons…..

 

 

 

 

Nous remontons toujours vers le Nord et, une fois dépassée Phuket, c’est le désert, une longue plage qui doit bien courir sur 30 kms! Et pas une seule habitation, il semble que le tourisme soit  complètement concentré sur Phuket.

 

    IMG_1931.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, presque désert car nous croisons toujours des……

 

      

IMG_1932.JPG

 

 

 

Bateaux de pêche, bravo, vous aviez deviné.

 

 

 

Mais je vais pouvoir grossir considérablement ma collection car notre prochain arrêt est Ban Thay Lamu, le plus grand port de pêche de Thaïlande! Chouette!
Niché au fond d’une ria.

 

        IMG_1937.JPG
     

IMG_1945.JPG

 

 

 

 

 

Nous découvrons ce port bien abrité où sont parckés  un nombre considérable de chalutiers et crevettiers.

 

       IMG_1952.JPG
     

IMG_1949.JPG


         IMG_1950.JPG
      

IMG_1963.JPG


         IMG_1974.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et où s’active tout un petit monde préparant les chaluts pour la prochaine sortie.

 

      

IMG_1966.JPG


       IMG_1970.JPG
     

IMG_1972.JPG



 

 

Le village reste très modeste en regard de tous ces bateaux

 

        IMG_1989.JPG
       

IMG_1992.JPG


        IMG_1996.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quelques maisons cossues

 

      

IMG_1991.JPG

 

 

 

 

 

 

Mais si vous avez besoin d’une réparation express, pas de problème, les ateliers de mécanique prospèrent

 

        IMG_1993.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À chaque coin de rue

 

     

IMG_1997.JPG

 

 

 

 

 

Nous avons réussi à y trouver la bâche que nous cherchions pour hiverner notre annexe.

 

       IMG_1995.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour au bateau

 

        

IMG_1998.JPG



 

 

 

 

 

La prochaine étape est une île au large des côtes, Les « Similan ».

 

Nous voyons défiler à nos côtés un nombre incalculable de bateaux rapides, « Spieder boats » ( pour les puristes anglophones ) , qui nous dépassent allègrement pour rejoindre ces îles convoitées.
ça promet!

 

        IMG_2006.JPG
     

IMG_2007.JPG


       IMG_2008.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons paisiblement en début d’après-midi,

 

   

IMG_2010.JPG


       IMG_2019.JPG
       

IMG_2021.JPG

 

 

 

 

 

Évidemment après tout le monde

 

       IMG_2020.JPG


 

 

 

Ces îles sont très prisées aussi des plongeurs car ici l’eau commence à être claire.

 

De nombreux bateaux de croisière-plongée comme ceux-là occupent déjà la place.

 

     

IMG_2022.JPG


        IMG_2023.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu prés quelquefois.

 

         

IMG_2026.JPG



 

 

Bon, nous sommes sur le bon site !

 

 

Nous en profitons pour faire une grande plongée masque-tuba, pas de coraux mais nous pouvons admirer les poissons tropicaux habituels.

 

       

DSCN2145.JPG



 

 

Nous repartons vite, vraiment trop de monde et nous avons passé une très mauvaise nuit, brassés par la houle, amarrés à une bouée (obligatoire, nous sommes dans un parc national)

 

 

 

 

Prochaines îles, les « Surin », à 50 miles au Nord-Ouest.

 

Le capitaine reprend les travaux intellectuels et intensifs du bord, c’est-à-dire le remplissage d’albums de mots fléchés.

 

      

IMG_2028.JPG

 

 

 

 

 

 

Ces îles sont beaucoup moins fréquentées, pour ne pas dire presque désertes, et constituent la dernière étape avant la frontière Birmane.

 

          IMG_2029.JPG

 

 

 

Au delà de la frontière birmane s'étend un archipel immense, paradis de plongeurs. Malheureusement il est extrêmement difficile de pénétrer dans les eaux territoriales birmanes avec son bateau.

Visa trés long à obtenir, un droit d'entrée prohibitif (qui doit approcher les 1000 euros pour une durée de 15 jours) et obligation d'embarquer à son bord un birman pendant toute la durée de votre séjour!

Avis aux amateurs!

 

 

 

Mais profitons pleinement de ces trés belles îles Thaïlandaises. Nous pouvons tranquillement faire de belles plongées masque-tuba, et si les poissons sont peu nombreux,

            DSCN2130.JPG

 

       
        

DSCN2137.JPG



 

 

 

 

 

les coraux sont abondants et méritent le détour.

        DSCN2143.JPG


    

DSCN2144.JPG

 

 

 

 

 

Des plages de sable blanc, une végétation luxuriante,

 

       IMG_2029.JPG
        

IMG_2033.JPG

 

 

 

 

 

Des eaux limpides et turquoises

 

       IMG_2031.JPG

 

 

 

Nous avons trouvé un nouveau petit paradis, et, faveur exceptionnelle du capitaine, nous y resterons même plusieurs jours. Chouette!

 

      

IMG_2032.JPG

 

 

 

 

 

 

Nous avons encore suffisamment de vivres frais, bien que le dernier ravitaillement date maintenant de plus de 10 jours.
Il nous reste des choux (notre légume vedette), des carottes, des œufs, des ananas (qui se conservent très bien et très longtemps) et de l’eau à volonté maintenant que notre dessal fonctionne à nouveau.  
La vie est belle!

Nous comptons bien profiter de cette dernière étape avant notre retour vers le Sud.

 

 

 

 

Direction Ko Phra Tong.
Un grand dédale de bras de mer, souvent bordé de mangroves (attention aux moustiques), un milieu si riche qu’il constitue une véritable pépinière de poissons.

 

        IMG_2124.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous démarrons au lever du jour

      

IMG_2072.JPG

 

 

Pour déambuler dans ce paysage d’estampe japonaise, pardon, thaïlandaise.

 

         IMG_2095.JPG
      

IMG_2086.JPG

 

 

 

 

 

C’est un véritable labyrinthe.

Aucune habitation à perte de vue, si ce n’est quelques communautés de pêcheurs bordant la rive.

 

      IMG_2078.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fumées du petit matin enveloppent encore les cabanes

 

       

IMG_2080.JPG


      IMG_2077.JPG

 

 

 

 

Tandis que d’autres sont enfouis dans un enchevêtrement de bambous.

 

      

IMG_2101.JPG


     

 

 

IMG_2111.JPG

 

 

 

Étrange univers paisible dont nous sortons après des heures de moteur……

 

   

IMG_2118.JPG



 

 

 Nous profitons d'un bon vent, ce qui est rare ici, pour rejoindre l'escale suivante, beaucoup plus au Sud, l'île de Phuket.

 

 

 

Escale suivante donc,  Patong, aussi appelée « Sin City », la ville du péché  (entendons nous bien, il ne s’agit pas du pêcher en fleur, mais du péché originel) , haut lieu du tourisme et de la prostitution, tout un programme....

 

       IMG_2134.JPG

IMG_2143.JPG

 

 

IMG_2141.JPG

        IMG_2138.JPG

 

 

 

Tentant non?

 

La nuit,, l’ambiance est sûrement plus excitante mais, et surement au risque de vous décevoir,  nous n’attendrons pas jusque là et repartons vers des cieux plus calmes, c’est-à-dire en mer.

 

       IMG_2147.JPG
      

IMG_2151.JPG

 

 

 

 

 

Mais toute la côte est sur le même registre. La moindre plage est exploitée au maximum de ses possibilités. Les jet-skis sillonnent allègrement les grandes baies et les « longues queues » transportent les touristes d’un coin à un autre.

 

        
IMG_2150.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement ce n’est pas la foule. La fin de la saison approche, et, avec le mois d’ avril,  va commencer la mousson de Sud-Ouest, accompagnée de pluies.

Nous devrons nous aussi envisager de redescendre bientôt le bateau à Langkawi, même s' il nous reste encore quelques semaines pour stocker dans nos bagages quelques degrés celsius pour la Bretagne.

Ici la chaleur commence à monter et devient plus lourde. 33° à l’intérieur du bateau, notre petit ventilateur bat des ailes continuellement.

Nous passons une grande partie du temps dans l’eau, le capitaine pour nettoyer sa carène et vérifier régulièrement si l'hélice tient toujours, et moi pour l'encourager, chacun son rôle à bord!

Les commentaires sont fermés.