Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2012

Nouvelle Calédonie - Nouméa

Avant le départ un arrêt à Port Vila est obligatoire pour régler nos formalités de sortie du territoire.
   

IMG_3747.JPG


Un réapprovisionnement au marché pour la traversée
       IMG_3748.JPG











L’influence de la culture française se fait sentir sur la place du marché.
    

IMG_3749.JPG


Concours de pétanque au programme.


Et foot sur la plage de Mele, où nous attendons de bonnes conditions météo pour traverser.
    IMG_3740.JPG
       

IMG_3742.JPG


Le capitaine est prêt au départ
    

IMG_3745.JPG


Et le mousse aussi.


La traversée est courte, La Nlle Calédonie se trouve seulement à 280 milles, au SE des Vanuatus. Nous devons cependant attendre une fenêtre météo avec des vents d’Est, à la place des vents d’alizés de SE habituels.

Mais…….La météo n’est pas encore une science exacte, et, alors que la première nuit s’est déroulée comme prévu, la seconde nous a réservé la surprise d’un vent tourbillonnant, se stabilisant à 25 nds, et, devinez dans quelle direction?
Mais comme vous êtes des marins aguerris et maintenant des champions de mes devinettes, vous avez, comme d’habitude, trouvé la bonne réponse:
Un vent « pile dans le nez »
Ah, j’oubliais, le tout sous une pluie battante!
Et, la chance est décidément avec nous, l’enrouleur n’arrive plus à dérouler le génois, or, vu les prévisions météo nous n’avions pas installé la trinquette, et pas question d’aller l’installer à l’avant, de nuit, avec 25 nds de vent.


Mais tout arrive et nous voyons enfin la passe d’entrée du lagon de Nlle Calédonie, la passe principale d’Havannah
    

IMG_3770.JPG


Beaucoup plus agitée que prévue
   

IMG_3772.JPG


La passe est pourtant large, mais il est conseillé d’arriver à l’étal de marée, et nous comprenons pourquoi.
     

IMG_3778.JPG

 


Enfin la récompense, la douceur du lagon,

 

IMG_3738.JPG




avec le relief si caractéristique de la Nlle Clédonie, frangée de ces étonnants pins colonnaires
       IMG_3797.JPG
    

IMG_3799.JPG


     
Et de ces roches aux couleurs sanglantes


IMG_4788.JPG



 


      IMG_3811.JPG













 

IMG_4783.JPG


Nous retrouvons aussi la France et son précieux balisage,  que nous avions fini par oublier.

    

IMG_4787.JPG


Bonjour les mouettes!
      IMG_4537.JPG












     

Image carte Nlle Caledonie copie.jpg

 




Nous arrivons enfin à Nouméa
   

IMG_3822.JPG

 

 

IMG_4178.JPG


Et, franchissant dans un bond de géant, les distances  du bout du monde et du fond des âges, venant des Vanuatus, pour nous retrouver d’un seul coup, plongés dans notre univers français bien familier .
Des mouillages encombrés, disséminés sur la côte entourant Nouméa
      IMG_3824.JPG








Ce ne sont plus les lourdes pirogues creusées dans un tronc d’arbre qui nous accueillent, mais  des pirogues polynésiennes, ultra légères, faites pour la compétition.
    

IMG_4175.JPG


          

IMG_4174.JPG




Des marinas un peu partout, toutes aussi encombrées
     IMG_3953.JPG
    

 

 

Beaucoup sont des marinas privées, et la  marina public, bien placée en centre ville, Port Moselle, ne dispose que d’un ponton visiteur, il y a une liste d’attente.

La chance est avec nous, une place est disponible.
   

IMG_3957.JPG

 


Aussitôt accostés, nous retrouvons Jean-Marc, notre ami voileux qui s’est installé en Nlle Calédonie et qui sera une aide précieuse dans nos démarches.
1°opération, faire venir un mécano pour notre moteur. Le verdict est sans appel, l’inverseur doit être changé, ce qui veut dire sortir le bateau au sec et plus d’un mois de réparation sur le chantier. La note sera salée…..
2°opération,  le chantier. Là  notre parcours du combattant va continuer. Nous n’avons pas le choix, seuls 2 chantiers offrent la possibilité d’hivernage, or il n’y a que 4 places possibles dans chacun des chantiers. Faites le calcul…. nous étions déjà très contents que Jean-Marc nous trouve une place.
Mais il y a 2 problèmes au sujet de ce chantier.
- Le bateau a peut-être trop de tirant d’eau et nous devrons faire un essai avant, avec une marée à fort coefficient.
- Autre problème, c’est la vétusté du travellift. La liste de ses défaillances n’en finit pas, et à chaque fois nous attendons la réparation d’une nouvelle panne et ne savons pas si nous allons pouvoir faire cet essai, laisser le bateau cet hiver, et donc le faire réparer, ou si nous allons devoir partir vers l’Australie rapidement, avant la saison des cyclones.



Mais laissons là un peu toutes ces questions pour le moment sans réponse et partons à la découverte de la ville.

Nouméa, 160.000 habitants, « grande banlieue » comprise, c’est un peu la ville aux 7 collines entrecoupées d’ une succession de larges baies, aussi est-il  difficile de repérer un centre ville, mais plutôt différents quartiers découpés par de grandes artères  où circulent les voitures.

Ce que l’on appelle le cœur de la ville s’organise autour de la grande place des cocotiers (400m de long), et est étrangement désert en semaine. Elle s’anime le soir et le WE parait-il.
    IMG_3985.JPG
    

IMG_3986.JPG



Dans les petites rues alentours, quelques vieilles maisons coloniales
     IMG_3928.JPG
      

IMG_3934.JPG


            IMG_3984.JPG












Un  marché, étonnement petit par rapport à la taille de la ville et ceux que l’on avait pu admirer jusqu’à présent; mais qui a l’avantage d’être situé juste à côté de la marina
   

IMG_4182.JPG

 

qui propose un marché au poisson très bien achalandé et des langoustes comme nous n’en avons jamais vues (4kg chacune)
       IMG_4196.JPG
     

IMG_4199.JPG

 


Nous nous déciderons pour des gros crabes de palétuvier, à la chair tendre et au goût très fin, pas du tout iodé comme nos tourteaux bretons.



Mais Nouméa se veut surtout un petit Paris, avec son Quartier latin, ses rues d’Austerlitz, rue Clémenceau, rue Foch, et…….
Ses enseignes très parisiennes
      IMG_3925.JPG.











Mais aussi un nombre étonnant de petites boutiques de luxe.
Le site est magnifique et la ville grimpe à l’assaut de ses collines
    

IMG_3983.JPG


s’étire autour de ses multiples baies, baie des citrons, la plage à la mode où s’alignent restaurants et discothèques.
     IMG_4050.JPG
    

IMG_4051.JPG



Baie de Nouville, baie de Moselle,

 

IMG_carte dessin Nouméa.jpg



baie de l’orphelinat où Jean-Marc nous prête son corps-mort.

         

IMG_4092.JPG

 

Les bateaux pullulent ici et nous retrouvons tout à fait l’ambiance de nos plans d’eau en France. Les spis fleurissent et on parle régate…..
    

IMG_4867.JPG


Le Week-end, tout ce qui flotte, vole ou navigue, est de sortie
      IMG_4838.JPG
      

IMG_4852a.jpg


      IMG_4873.JPG





Même si la température nous rappelle étonnement notre pays breton, quand il nous offre de beaux étés.
Ici l’hiver se termine et nous dépassons difficilement les 22° au thermomètre. Avec un vent d’alizé qui souffle sans discontinuer, une petite laine est souvent utile. On dit aussi de la Nlle Calédonie que c’est le pays de l’éternel printemps.


De superbes voitures, un habitat luxueux, ici la population est en grande majorité européenne et la  culture mélanésienne semble un peu oubliée.
Les kanakes vivent  dans leurs tribus, dans la brousse comme l’on dit ici. C’est-à-dire tout ce qui n’est pas Nouméa.


Seul un mat sculpté de symboles représentant les 10 tribus kanakes semble rappeler leur existence.
   

IMG_4184.JPG


Sur un parking en centre ville, ils ont pu ériger  8 cases, démontrant  le savoir-faire spécifique de chaque tribu.
      IMG_4186.JPG
      

IMG_4187.JPG


Mais pour quelques jours seulement. Ils font circuler une pétition  pour que cette place puisse conserver les cases et en faire un lieu de présentation des coutumes et artisanat kanake.

Le maire de Nouméa veut faire de sa ville un « petit Nice », sa ville d’origine. Les cases kanakes y trouveront-elles leur place?  (nous apprendrons un peu plus tard qu’ils ont eu en partie gain de cause,  les cases resteront, mais seront transférées dans un quartier périphérique )


       IMG_4189.JPG













Le drapeau représentant la Nlle Calédonie, la Kanakie exactement, fait l’objet des revendications kanakes. Faut-il juxtaposer systématiquement drapeau français et drapeau kanak? En créer un nouveau, représentant les 2 nationalités?
La tension entre les 2 cultures apparait dés à présent.




 
Si le présent kanake a du mal à trouver sa place , le passé y est largement représenté dans le très beau musée de Calédonie  qui réunit de très belles pièces de la culture mélanésienne.
De superbes  masques
       IMG_3889.JPG
















Utilisés lors des cérémonies
      

IMG_3893.JPG



Une belle collection de totems, chambranles de porte qui gardaient l’entrée de la case
      IMG_3827.JPG
    

IMG_3840.JPG


        IMG_3846.JPG
















Des flêches faitières qui signalaient de loin la présence de la case du chef.
      IMG_3829.JPG
    

IMG_3833.JPG


Les cases kanakes sont très hautes
     IMG_4024.JPG
 














et ces flêches, prolongement de la poutre centrale,
   

IMG_4026.JPG


 dépassaient largement le sommet du toit, chaque clan se signalant par une figure spécifique.
        IMG_4035.JPG
















Un autre édifice remarquable, à la périphérie de la ville,  rend hommage à la culture kanake,  et représente maintenant le fleuron de Nouméa, le centre culturel de Tjibaou.
      IMG_4040.JPG
    

IMG_4017.JPG




Œuvre du célèbre architecte italien Renzo Piano, qui a conçu entre autre le centre Pompidou à Paris.
Inauguré en 1998, ce centre tend à promouvoir la culture mélanésienne. Il représente 10 cases stylisées, qui témoignent des 10 aires coutumières (régions kanakes de la Nlle Calédonie).

L’alliance de l’acier et du bois jette un pont entre l’architecture moderne et traditionnelle.
      IMG_3991.JPG
    

IMG_4014.JPG


Ce centre accueille des artistes mélanésiens contemporains
     IMG_4000.JPG
      

IMG_3997.JPG


       IMG_4007.JPG



















Mais aussi des salles de conférence, de projection, ainsi que 2 médiathèques, toutes étant consacrées à la culture Kanake. Un effort certain pour faire cohabiter et encourager la communication entre 2 cultures aussi différentes que la culture européenne et la culture Kanake.




Et maintenant à vos cahiers et crayons pour un petit cours d’histoire  rappelant le passé de cette colonie française.
Vous en connaissez bien les grandes lignes fondatrices maintenant, communes à toutes ces îles de l’ouest du Pacifique. L’île accueillit les premiers habitants il y a environ 3000 ans, des austronésiens (famille linguistique depuis Taïwan jusqu’à Madagascar).
Elle fut découverte tardivement, en 1774,  par  Cook au cours de son second voyage en  regagnant la Nlle Zélande.  Puis suivent Dumont d’Urville sur les îles loyauté, les commerçants de bois de Santal,  et essentiellement des britanniques venus d’Australie.
C’est en 1853 que Napoléon III  décide de prendre possession de l’île. Mais les immigrants rechignent à venir s’installer, jugeant la terre peu accueillante ( éloignement, moustiques, hostilité bien compréhensible de certaines tribus kanakes).
C’est alors que Napoléon III a l’idée « géniale » d’y installer des colonies pénitentiaires, plus d’une douzaine un peu partout sur toute l‘île.
Et, à partir de 1864, jusqu’en 1897, ce n‘est plus au rythme de 40 immigrants par an que la Nlle Calédonie va être investie, mais 22 000 bagnards vont ainsi être envoyés sur le territoire et employés à des travaux d’utilité public: construction de routes, remblayage de marais….on accordera ensuite des concessions aux détenus les plus dociles.
Cette implantation massive ne se fit pas sans le mécontentement des chefs de tribu kanak. Extension des bonnes terres attribuées aux colons, ravage des cultures vivrières par le bétail, et enfin déplacement des populations au sein de réserves…..
Les tensions se feront de plus en plus dures jusqu’à un paroxysme en 1988 où 4 gendarmes seront tués au cours d’ un affrontement dans l’île d’Ouvéa, aux « Loyautés« .
Peu à peu les revendications kanakes sont prises en considération pour aboutir en 2000 à un conseil constitutionnel . Même si les courants indépendantistes font encore entendre leur voix, la majorité semble souhaiter leur rattachement à la France.
Cependant  c’est le prochain référendum très attendu de  2014 qui en décidera  (même si les termes ne semblent pas être encore bien fixés)


 


Une petite récréation bien méritée maintenant va nous emmener dans la baie de l’orphelinat où nous sommes toujours à l’ancre.
    

IMG_4091.JPG


Nous attendons toujours le feu vert du chantier pour faire un essai de sortie de l’eau du bateau.


Le soleil est au beau fixe, c’est le moment d’attaquer les vernis. La récréation aura été de courte durée!
     IMG_3958.JPG











Les marches de l’échelle de descente sont à refaire tous les ans maintenant.
   

IMG_3961.JPG


Le temps a été assez humide cette année et nous essayons d’anticiper l’usure des vernis sur les points sensibles.
      IMG_4118.JPG













Mais, quels drôles de poissons sont en train de longer la coque? Une petite devinette?
       IMG_3965.JPG
      

IMG_3969.JPG



Serions-nous attaqués sans sommation?
    

IMG_3975.JPG


Non, ce n’est pas une troupe de petits canards apprenant à nager, mais une troupe de fusiliers marins s’entrainant à travers la rade. Nous étions juste dans le champ de tir!



Nous quittons donc ce mouillage « paisible » pour poser notre ancre sur une petite île au large de Nouméa, « l’îlot Maitre ».
     IMG_4108.JPG
    

IMG_4104.JPG


       IMG_4099.JPG












C’est ici une réserve et nous allons plonger un peu, avec masque et tuba, engonssés dans nos combinaisons de plongée, l’eau doit être autour de 22°, Brrrr…. Comme chez nous en Bretagne, les beaux étés!
    

IMG_4075.JPG

 


Des belles balades à terre
      IMG_4142.JPG












Mais attention aux « tricots rayés »
    

IMG_4095.JPG


Ces serpents au nom évocateur et innocent, mais dont le venin est mortel. C’est un serpent marin, d’une cinquantaine de cm,  heureusement sa gueule est si petite qu’il ne peut mordre un humain.
Nous en verrons aussi tourner autour du bateau.
     

IMG_4219a.jpg


Pas question pour autant de troubler notre quiétude.
       

IMG_4114.JPG


Et au moins dans un hamac, pas de risques inutiles.




Le chantier est prêt pour notre essai de sortie de l’eau. Nous le rejoignons au fond du port de commerce.
      IMG_4171.JPG



Dans ces quartiers de Nouméa, l’habitat est beaucoup moins luxueux.
     IMG_4159.JPG
   

IMG_4161.JPG



Nous finissons par trouver le chantier, comme d‘habitude dans un site enchanteur.
    

IMG_4162.JPG

 

Pour cet essai, nous allons devoir:
Démonter l’éolienne
      IMG_4164.JPG












Démonter les panneaux solaires
     

IMG_4218.JPG


Démonter le hale-bas rigide (le plus difficile étant de le remonter)
        IMG_4147.JPG













Démonter le pataras, les lazzys-jackc, etc……. et j’en oublie sûrement.



Et en route dans les sangles
   

IMG_4165.JPG


1° essai, ça ne passe pas, on recommence tout, on modifie les sangles,
2° essai
      

IMG_4169.JPG


Hourrah, c’est passé, à un cheveu, mais ça passe!


Nous n’avons plus qu’à  remonter tout le matériel. (vous reprenez la liste ci-dessus en sens inverse), pour renouveler l’opération dans un mois quand nous laisserons définitivement le bateau pour l‘hivernage. Vive la plaisance!
Mais nous voilà maintenant rassurés, nous pouvons laisser le bateau à Nouméa pendant la saison cyclonique, et faire réparer le moteur  dans de bonnes conditions.
il nous reste un peu plus d’un mois pour explorer, l’esprit plus serein,  les sites magnifiques de l’île.

Commentaires

Bravo pour le post, c'est toujours un plaisir de lire le blog. Vous êtes revenus à la civilisation maintenant! On chercherait presque les cérémonies tribales. Et certaine photos de Nouméa me rappellent des souvenirs. Mais l'île des Pins, c'est pour le prochain post alors?

Écrit par : Julien | 31/10/2012

Nous avons lu votre blog avec plaisir . Notre parcours avec notre catamaran Rederis ressemble beaucoup au votre, galères et plaisirs, de la Bretagne (En résumé... Séné dans le Morbihan, quitté depuis un bon moment..., la méditerranée,la retraite, les Canaries, la Martinique, ... Bateau sorti à Apataki l'année dernière. Nous sommes arrivés des Fidji fin juillet, nous sortons le bateau au chantier de Numbo dans quelques jours, pour passer l'été en Australie où habite notre fils. Nous sommes dans la baie de l'Orphelinat, sans doute pas loin de votre mouillage. Nous connaissons la Calédonie où nous avons travaillé pendant 4 ans. Vue d'un voilier, et d'un catamaran, c'est un peu plus compliqué, pas de place dans les ports, beaucoup de vent et fraîcheur de l'hiver; ces dernières semaines nous avons navigué dans le sud du lagon ouest. Nous faisons les démarches pour nous installer quelques années en Calédonie, pas simple! On aura peut être l'occasion de se rencontrer? continuez vous le voyage, vers où ?
Christine et Michel du Rederis

Écrit par : christine Lerat | 04/11/2012

Les commentaires sont fermés.