Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2011

Hivernage du bateau - Raiatea

      

IMG_1948.JPG


Avant d’attaquer les grands travaux d‘hivernage de Pulsion, Guillaume nous prête sa voiture pour découvrir  Raiatea côté terre.
        IMG_1943.JPG
     

IMG_1939.JPG


J’avais surtout envie de découvrir le célèbre marae Taputapuatea, le plus grand et le plus sacré de toute la Polynésie.
        IMG_1878.JPG
     

IMG_1879.JPG


Tous les maraes construits ensuite dans les autres îles devaient comporter une pierre de ce marae pour avoir un peu de son mana.
Même le capitaine, pourtant laïc impénitent,  sacrifie ici au rituel de l’offrande.
        IMG_1881.JPG
    

IMG_1882.JPG


Des Unus sont encore érigés. Ces longues stèles de bois , sculptées dans de longues planches d’images anthropomorphiques ou zoomorphiques.
Il s’agissait sans doute de totems, esprits gardiens d’une famille ou d’une tribu, incarné en poisson, oiseau, chien, requin…..
       IMG_1885.JPG
    

IMG_1883.JPG


Comme les Tikis, ces sculptures sont dédiées aux ancêtres
     

IMG_1897.JPG


Des pierres dressées
        IMG_1891.JPG
      

IMG_1887.JPG


     IMG_1894.JPG

Soulignaient l’enceinte sacrée réservée aux grands prêtres.






Ce culte des ancêtres est toujours bien présent et nous verrons souvent des petits cimetières en bordure de route
      

IMG_1930.JPG


Et encore plus surprenant, dans les jardins, des tombes fleuries jouxtant la maison.
        IMG_0402.jpg
     

IMG_0405.jpg



Nous quittons ces lieux chargés d’histoire pour retourner  à notre bord et ses exigences contemporaines.
Le travail nous attend et, comme nous l’a si bien décrit dans son commentaire de blog un internaute et ami (Réginald pour ne pas le nommer)  , grand connaisseur en hivernage de bateau, la liste est longue et notre capitaine courageux attaque pour commencer, avec entrain et concentration le nettoyage-graissage de tous les winchs.
         IMG_1957.JPG









M’entrainant avec son enthousiasme dans un travail de matelotage sur les renforts de drisses
    

IMG_1953.JPG


On ne rigole plus à bord de Pulsion.
Après ce bel élan, nous décidons que nous avons encore du temps et qu’il serait intéressant de poursuivre notre œuvre tout en profitant d’autres mouillages.
Nous quittons donc Raiatea
     

IMG_1960.JPG


pour nous installer  à Tahaa, l’île voisine de Raiatea, et plus particulièrement au motu   Tautau          ,
      IMG_1982.JPG
      

IMG_1981.JPG



que nous connaissons déjà et où se trouve une passe magnifique qui regorge de coraux et de poissons.

Un superbe hôtel y est installé, le Taha’private island, de la chaine Relais et châteaux.
     

IMG_1979.JPG


Bora Bora se dessine de l’autre côté de la passe
    

IMG_0611.JPG


Bref, des voisins et un environnement tout à fait acceptables.
 



Mais cette semaine, peinture au programme. Je ne parle bien évidemment pas d’œuvre d’art, mais bien de l’entretien courant d’un bateau qui a été utilisé comme une maison depuis 6 ans.
Les toilettes sont de sortie
     IMG_1962.JPG









Et se mettent à table
     

IMG_1977.JPG

    
Ne craignez rien, la nappe blanche n’est pas notre nappe de réception mais une protection en plastique.
Le capitaine s’y met aussi (c’est un maniaque du nettoyage à la white spirit)
    

IMG_1974.JPG


Et il est particulièrement exigeant sur la finition de sa table à carte.
       IMG_1978.JPG








Vous ne le saviez peut-être pas, mais la peinture est une grande leçon de vie et d’humilité.  (particulièrement en ce qui concerne les vernis, les spécialistes ne me contrediront pas).
Comme dans la vie, vous tendez au maximum vers la perfection, pour atteindre un résultat très médiocre.
Et l’expérience n’y fait rien, plus les années passent, plus l’on devient exigeant et la déception est d’autant plus grande.
C’était là l’aphorisme du capitaine, le premier matin au petit déjeuner, après avoir décelé sur la première couche de peinture les grains de poussière, les coulures, le poil de pinceau et enfin les moucherons qui en dernier lieu se sont délicatement posés sur cette surface lisse et brillante que vous pensiez être…..parfaite
Mais ne nous décourageons pas et suivons le déroulement d’une journée de travail.
Réveil 6h du matin (cela parait peut-être un peu tôt pour certain, mais n’oublions pas qu’il nous arrive de nous coucher à 20 h certains soirs!)
Petit déjeuner en terrasse avec vue imprenable sur le lagon et le motu.
      

IMG_0591.JPG


7h  on attaque  vernis et peinture,
10h tout est fini, la journée peut commencer.
Nous descendons sur l’îlot, le matin est le meilleur moment
      IMG_0592.JPG
   

IMG_0605.JPG


Remarquez  la fière allure du capitaine  lorsqu’il est tendu par l’effort
La passe est déserte
      IMG_0597.JPG
   

IMG_0613.JPG


Mais quel est ce drôle de poissson qui fait surface?
    

IMG_0616.JPG


Nous passons le reste de notre temps à palmer dans ce labirynthe de corail de 500 m de long à peu prés, où fourmillent une quantité incroyable de poissons.
Ici les poissons ne sont pas pêchés, ils ont même l’habitude sûrement d’être nourris par les gens de l’hôtel. Ce qui les rend particulièrement familiers.
Mon grand regret fut de ne plus avoir mon appareil photo étanche pour vous montrer la richesse et la variété de cet environnement.
Les oursins noirs à longues épines pullulent à la base des rocs de corail. Les poissons en sont friands quand ils en trouvent un ouvert. C’est un ballet multicolore autour de la dépouille qu’ils s’arrachent. Des balistes, des demoiselles, poissons chirurgiens, poissons coffres, des labres de toute sorte, des coris, une murène, un Napoléon, des poissons papillons, des poissons anges, la liste est longue….
Certains repartent une longue épine d’oursin en travers de la bouche, les poissons perroquets, au bec cornu et aux dents acérées les croquent littéralement après une bataille farouche pour se les approprier.
Le capitaine, de façon ingénieuse, armé d’un bout de corail tranchant, ouvre des oursins pour les leur donner en pâture.
C’est la ruée, le spectacle est saisissant, une danse infernale de couleurs flamboyantes.
Mais le plus drôle c’est de voir le capitaine poursuivre son chemin en palmant, entouré et suivi d’une horde de poissons.
Finalement c’est assez simple d’apprivoiser des poissons tropicaux!
Ayant moi-même ramassé un coquillage (vide de son occupant) je suis assaillie par des dizaines de poissons « demoiselles » qui me picorent, pensant que moi aussi je les nourrissais. Et je n’imaginais pas que des petits poissons comme les « demoiselles » au nom si délicat,  pouvaient avoir un « bec » aussi dur.
Nous devons sortir au bout d’un moment car même une eau à 30° finit par nous refroidir, mais nous y retournerons tous les jours sans jamais nous lasser de ce monde magique.
        IMG_0609.JPG     











Le capitaine envisagerait-il de s’installer dans ce nouveau petit paradis, prés de ses amis les poissons?
         IMG_0618.JPG
     

IMG_0627.JPG


       IMG_0601.JPG
     

IMG_0608.JPG



Bon,finies les vacances,
     

IMG_1988.JPG


 nous retournons au chantier pour attaquer sérieusement les travaux. Nous profitons du beau temps sur le trajet Tahaa-Raiatea
    

IMG_0646.JPG


 pour bien faire sécher le génois, le plier et le ranger. Toutes les voiles sont maintenant soigneusement pliées et rangées, ainsi que la plupart des bouts qui trainent sur le pont.
Une fois arrivés sur notre corps-mort, je peux commencer la tâche qui m’est spécialement réservée, les lessives. Il n’y a qu’une machine à laver au chantier et il faut réserver une semaine à l’avance (ce que j’avais scrupuleusement fait).
 Et nous avons de la chance car la machine (qui n’est pas une machine industrielle mais une petite machine 5 kg de ménagère ) était tombée en panne, il a fallu la changer (et ici ce n’est pas si simple) .
Les pauvres plaisanciers usagers, sales et dépenaillés, ont dû attendre 10 jours avant de s’inscrire sur la liste tant attendue!!!
Tout se passe bien…….jusqu’à ce que la pluie arrive. Pas question de laisser passer mes tours de machine (j‘ ai au moins 2 machines par jour), impossible de faire sécher le linge dehors (ni dedans) et le bateau se transforme en bateau lavoir. Il y en a partout!
Dans les toilettes arrière
        IMG_0656.JPG















Dans les toilettes avant
    

IMG_0657.JPG


Et jusque dans notre couchette
    

IMG_0658.JPG


De plus, vous n’avez sans doute pas oublié, fidèle lecteur attentif à mes passionnantes aventures domestiques, qu’ entre temps j’avais commencé l’autre tâche qui m’est également spécialement dévolue, les vernis et la peinture.

Le capitaine se réservant le privilège de l’inspection finale des….. coulures, poils de pinceau, poussière, etc….(voir plus haut la liste)
    

IMG_0660.JPG



Inutile de vous décrire l’état du bateau à l’intérieur. Je n’aurais jamais cru possible que l’on puisse vivre dans un si petit espace, lavoir-atelier-cuisine-dortoir……
Le tout avec une pluie battante dehors
       IMG_0652.JPG
    

IMG_0654.JPG


Un avantage néanmoins, nos réservoirs sont remplis à raz bord grâce à l’eau de pluie recueillie dans les seaux.
       IMG_0650.JPG











Nous suffoquons dans les odeurs de peinture et de lessive.
Ah, j’oubliais aussi! Le capitaine profite de cette retraite forcée à l’intérieur de la cabine pour faire sa vidange moteur!
    

IMG_0647.JPG


Je crois que nous atteignons là les limites de ce que l’on peut accumuler .

Heureusement la pluie a été de courte durée, une journée, et nous avons pu reprendre un peu  plus confortablement la suite de nos travaux.
     

IMG_1995.JPG


Nous voilà maintenant installés au ponton (unique) du chantier. Nous avons maintenant eau douce à volonté et apéros tous les soirs.
Nous avons retrouvé « l’embellie », un bateau ami et fait la connaissance de Jerry, un américain de San Diego , et de sa succulente Margarita, spéciale Cadillac ( on rajoute du Grand-Marnier, pour les non initiés).
Le bateau de Jerry est un superbe petit bateau de 28 pieds en bois vernis.
    

IMG_0678.JPG


Une couche de vernis par mois quand il navigue sous les tropiques!
Nous passons une soirée bien arrosée au son de son iukulele hawaïen. Le retour à notre bord fut quelque peu houleux!
Le lendemain soir sera soirée guitare, Brassens et chants de marins, sur Pulsion, etc, etc….
Mais le travail ne s’est pas arrêté pour autant sur Pulsion.
Rinçage du moteur hors-bord de l’annexe sous un soleil de plomb. Le capitaine a décidément fière allure sous mon chapeau de paille!
        IMG_0671.JPG













Révision complète du moteur principal.
Le capitaine prend une leçon de mécanique.
        IMG_0673.JPG












Salut Thierry, un grand merci pour ton travail, ton efficacité et ta gentillesse,  à bientôt sur le blog.
      

IMG_0675.JPG


Thierry a bourlingué toute son enfance sur le bateau de ses parents et, une fois adulte, a choisi de s’installer en Polynésie pour l’incroyable gentillesse de ses habitants. On le comprend!
La liste des travaux s’allonge au fur et à mesure que nous barrons sur cette même liste ce qui a déjà été fait.
L’annexe est soigneusement nettoyée et pliée,
       

IMG_0692.JPG


le taud de soleil réparé, etc.,etc, etc, ……..j’arrête là au risque de lasser mes fidèles lecteurs qui s’imaginaient que notre vie n’était qu’une suite de paradis enchanteurs.
Sans oublier les rats qui sont un véritable fléau,  en Polynésie en général, et au chantier de gardiennage en particulier.
       IMG_0684.JPG











Au ponton nous nous en protégeons grâce à une arme secrète, la bouteille en plastique autour des amarres.
    

IMG_0685.JPG



Mais à terre, la prévention est beaucoup plus difficile. Pendant notre absence nous allons faire appel à Cathy, véritable agent de sécurité anti-rat. Nous avons un topo draconien sur les mesures à prendre contre les rats.
Aucune nourriture à bord bien sûr, mais la néoprène des combinaisons de plongée est également un met de choix, ou le plastique de boites qui contiendraient des aliments (au cas où il nous viendrait l‘idée d‘essayer de conserver des stocks)…….
Nous avions l’expérience des pièges anti-cafards, anti-blattes, anti-fourmis, mais pas encore des pièges anti-rats. D’ailleurs on ne peut pas tendre des pièges, qui auraient plutôt tendance à les attirer. Le rat étant un animal très intelligent, déjoue très facilement nos pauvres leurres.
Le seul gardien efficace reste…… le chat. On pourrait imaginait le soir des rondes de vigiles accompagnés d’une meute de chats……à voir……

Le bateau va maintenant être sorti de l’eau.
Pulsion bat fièrement pavillon, son grand pavois haut en couleur et du plus bel effet, est hissé (une des dernières lessives).
    

IMG_2000.JPG


Thierry est à la manœuvre qui peut commencer.
     

IMG_2001.JPG


L’ opération est délicate car l’ajustement se fait au fur et à mesure que le bateau monte sur le plan incliné, par deux plongeurs qui travaillent sous l’eau! Du sur-mesure.
       IMG_2008.JPG
      

IMG_2009.JPG


L’opération est encore plus compliquée pour un catamaran et demandera une journée entière de travail et 4 personnes mobilisées.
Le travail est soigné et les professionnels connaissent bien leur métier.
     

IMG_2013.JPG


Le chariot avance pas à pas retenu par des cales
    

IMG_2016.JPG


Le capitaine surveille les opérations, mais là il n’est plus maitre à bord.
         IMG_2022.JPG









Un dernier petit coup de karcher pour enlever les algues sur la carène
      

IMG_2026.JPG


Pulsion est maintenant au « garage ».
« bienvenue au pays des rats et des moustiques » nous dira Willy , le petit jeune du chantier, en connaisseur.
    

IMG_2028.JPG





Le bateau est prêt, nous partons maintenant dans 2 jours et ce soir nous allons quitter les rats et les moustiques pour retrouver les délices de la Polynésie.
La troupe de danse d’ O’Marama, de Bora Bora donne un spectacle à Uturoa.  La salle de spectacle est à 7 km du chantier où se trouve le bateau, mais le stop ne pose aucun problème ici.
C’est vraiment un évènement et nous ne regretterons pas le déplacement.
100 personnes font parti de la troupe, musiciens, chanteurs et danseurs. Les techniciens ont du renforcer la scène pour supporter le poids.
Les voix et les chants sont puissants
     

IMG_2071.JPG


      

IMG_2104.JPG


Et les danseurs très professionnels.
    

IMG_2077.JPG


       

IMG_2082.JPG


    

IMG_2102.JPG



emportés par le rythme frénétique des tambours
         IMG_2184.JPG




    

IMG_2190.JPG

    
Le spectacle se termine dans une explosion de cris et de vivas des spectateurs debout dans la salle.
    

IMG_2194.JPG


    

IMG_2207.JPG


    

IMG_2208.JPG

     

IMG_2200.JPG

    
Le capitaine est complètement conquis et devra quitter ces lieux enchanteurs avec des images de vahinés de rêve plein ses bagages.

Demain retour vers le froid, et même le très froid avec un petit détour par le Canada. Pulsion nous attendra sagement jusqu’au début du mois d’avril, date de notre retour à Raiatea.
Nos fidèles lecteurs devront patienter jusque là s’ils veulent poursuivre avec nous notre petit bout de route.

Maruru  (prononcez marourou, merci) , joyeux Noël,  bonne année et à bientôt.

Commentaires

SCÉNARIO :ALAIN MEYER ET NON PAS DELON /FILMOGRAPHIE :CATHERINE DEFLANDRE ET NON PAS DENEUVE /AVEC L AIMABLE COLLABORATION DE LA MAISON DUFOUR /CASCADES CHARLIE ET ALAIN/COLLABORATION BÉNÉVOLE DE SERGE,ISABELLE,CAMILLE,ANNE LAURE ET ELODIE/CONTRÔLE DE L ADÉQUATION ÉCOLOGIQUE :CHRISTOPHE /A NOTER LA PRÉSENCE ON NE PEUT PLUS INNOCENTE MAIS COMBIEN GRACIEUSE DE MADEMOISELLE ALICE MEYER/REMERCIEMENTS SINCÈRE A LA DOUANE ET A LA POSTE FRANCO-TAHITIENNE DONT LA CÉLÈBRE CÉLÉRITÉ ATTENTIVE A PERMIS LES LIVRAISONS DES PRODUITS Z.SPAR ET LOFRANS/ABCENCE DE REMERCIEMENTS POUR LA MAISON QUICKCORROSION/AVEC LA PARTICIPATION TAQUINE DE LA TURBINE DE REFROIDISSEMENT VOLVO ET DE L OXYDATION DU CÂBLAGE DU DESSALINISATEUR/ENFIN REMERCIEMENTS A TOUS LES TAHITIENS POUR LEUR GENTILLESSE GÉNÉREUSE ET PLUS PARTICULIÈREMENT PENSÉES ATTENTIVES AUX VAHINÉS POUR LEURS DANSES REVIGORANTES.

Écrit par : REGINALD/FRANCOISE | 06/12/2011

heureux de vous revoir. bib&phil

Écrit par : bib&phil | 21/02/2012

Les commentaires sont fermés.