Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2011

Travaux divers et variés

Jeudi 29 septembre :
Victoire, les barres de flèche sont arrivées!
Par la poste, en colissimo….  Vive le service public français, et un grand merci à Isabelle qui nous les a expédiées.

Elles auront mis presque 3 semaines pour arriver, au lieu des 5 à 7 jours annoncés, mais peu importe, voilà 7 mois que nous naviguons avec une barre de flèche cassée, avant que nous ne pensions à cette solution, très simple, et finalement très utilisée en Polynésie. Encore fallait-il y penser.
Reste à aller les chercher à la douane.
Primo, prendre le bus pour se rendre à Papeete,
        

IMG_0324.JPG


Le capitaine adore prendre le bus     

IMG_0326.JPG


ensuite marcher environ ¾ d’heure en zone industrielle (il n’y a pas de bus et les taxis sont vraiment très chers à Tahiti), en plein soleil .
     IMG_0328.JPG
   

IMG_0331.JPG


Le capitaine adore les zones industrielles

 

 

 

 

Et enfin la douane de la poste
     

IMG_0335.JPG


Ah, zut, il manque un papier!
Indispensable pour  éviter de payer les frais de douane.
Donc retour au bateau, et même expédition le lendemain.
Miracle, elles sont maintenant en notre possession
    

IMG_0336.JPG


Reste à retourner au bateau avec notre colis sous le bras.
Heureusement la gentillesse polynésienne vient à notre secours et un marin qui revenait chez lui nous propose de nous raccompagner dans sa fourgonnette jusqu’à la marina!
      

IMG_0337.JPG


Le capitaine déballe son jouet comme un cadeau de Noël.
      IMG_0990.JPG
   

IMG_0991.JPG


Pour fêter cela nous voulons passer la soirée dans un grand hôtel, « l’Intercontinental »
     IMG_0940.JPG
      

IMG_0941.JPG


aux superbes lustres en coquillages
    

IMG_0942.JPG


Ne pas essayer de les imiter (pour Anne-Laure si elle me lit), le résultat que d’être décevant.
 L'hôtel donne  un spectacle de danses traditionnelles 3 fois par semaine. Une chance, nous pouvons nous y rendre en annexe, c’est un peu loin mais quand même plus pratique qu’à pied, de nuit, au bord de la route.

Mais, changement de programme, ce soir est une soirée spéciale « Chippendale », le capitaine refuse catégoriquement de rester. Nous retournons donc au bateau pour nous apercevoir que j’ai malencontreusement fait tomber ses lunettes de mon sac à dos.

Retour à l’hôtel, nous retrouverons heureusement les lunettes sur le petit ponton de l’hôtel, mais le capitaine me soupçonnerait presque d’une manigance pour rester à la soirée chippendale….
Maintenant que nous connaissons bien le chemin, nous y retournons le lendemain soir.

 

 

Le capitaine est maintenant bien installé, un verre de Hinano devant lui (la bière locale, pas mauvaise du tout)

IMG_0994.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vahinés sont charmantes
    

IMG_1006.JPG


      IMG_1025.JPG
    

IMG_1036.JPG


      IMG_1052.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes ne sont pas mal non plus
     

IMG_1011.JPG


La soirée fut très agréable, les danseurs très professionnels, mais nous sommes quand même un peu déçus, le spectacle se rapproche un peu trop du music-hall et nous ne retrouvons pas l’ambiance authentique et un peu amateur des Marquises ou d’autres spectacles que nous avions vus à Tahiti.

Après cette trêve, le travail reprend sur le bateau. Il y a trop de houle pour entreprendre le changement des barres de flèche, mais d’autres occupations nous attendent:
- Réparation du moteur de secours de l’annexe
  

IMG_0987.JPG


- Un peu de travail de bureau
      

IMG_0985.JPG


- Inspection et mise à jour des stocks de nourriture en réserve.
     IMG_0984.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous trouvons des paquets de spaghettis réduits en poudre par les charençons. Il adorent les spaghettis, surout les Panzani (ils ont bon goût!)
Et vérification des dates de péremption (nous faisons des progrés et devenons de plus en plus consciencieux)

 

 

- A la suite de cette inspection nous nous lançons dans une expédition « Carrefour », le plus grand super-marché de toute la Polynésie française, qui se trouve « presque »à côté de la marina.
Autre avantage non négligeable, nous avons l’autorisation, et le privilège, de pousser notre caddye jusqu’à l’intérieur de la marina, ce dont nous allons profiter pleinement pour remplir à raz bord 2 chariots.

 

 

 

Evidemment la petite ballade de retour le long de l’autoroute manque de romantisme

      IMG_0340.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Et le capitaine est un peu crispé…
     

IMG_0342.JPG


Il ne reste plus qu’à tout charger dans l’annexe
     IMG_0343.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le tour est joué! Nous voilà presque parés pour une prochaine année de voyage.

 

 

 

Le soir tombe sur le mouillage de Taina et c’est un véritable spectacle d’admirer  les pirogues à l’entrainement dans le coucher de soleil de Moorea au loin.
      IMG_0917.JPG
    

IMG_0944.JPG

   
     

IMG_0946.JPG

    
      IMG_0950.JPG
      

IMG_0975.JPG



Mais à Taïna la houle se lève un peu et nous préférons gagner Moorea, la petite île en face de Tahiti, beaucoup plus calme, pour grimper au mat et changer les barres de flèche.
      

IMG_1158.JPG


Nous nous arrêtons dans la baie d’Opunohu.
    

IMG_1066.JPG

   

IMG_1128.JPG

      
    IMG_1068.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est dimanche, les familles viennent se baigner
    

    IMG_1074ab.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et jouer du iukulele sur la plage.
    

IMG_1072abce.jpg

 

 

 

 

 

Mais pour nous, pas de dimanche, le travail nous appelle.

1°étape, démonter les anciennes barres de flèche, les problèmes commencent
   

IMG_1080.JPG


Mais comme vous l’avez deviné, rien n’arrête notre capitaine,

 

 

 

Ensuite, remonter les nouvelles
Mais, « bon dieu de bon dieu, ça ne veut pas rentrer cette f…..barre de flèche »
     

IMG_1081.JPG


Charlie, un copain sur un bateau voisin vient à notre rescousse.
Il est vrai qu’en hissant le capitaine à la force de mes petits muscles (même avec un winch, il faut quand même le faire!, surtout au bout de la 5°fois), je me suis retrouvée avec la drisse « surpattée » sur le winch, c’est-à-dire complètement bloquée.
 Laisser le capitaine suspendu au milieu du mat n’étant pas vraiment une solution, (la tentation était grande mais je n’y ai pas cédé) , j’ai appelé lamentablement Charlie à la rescousse.
Il en a profité pour donner un coup de main également sur le mat
    

IMG_1088.JPG


Et, mécanicien de métier, suggérer des solutions techniques fort astucieuses. (mon aide étant décidément bien limitée en la matière)
La suite des opérations se poursuit, un coup à tribord
     

  IMG_1084.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un coup à bâbord
  

IMG_1100.JPG


Le capitaine est resté très joueur, il adore faire le singe et y arrive, je dois le reconnaitre, très bien.

Mais la journée est finie, les 2 barres de flèches sont montées, ouf!  Et la soirée, bien arrosée, se termine à bord de « Pulsion » avec Charlie et Clara.

Lancé dans notre programme de travail, nous nous attaquons à la gazinière  qui avait besoin de quelques réparations. En la retirant de son étroit logement, catastrophe, la porte vitrée du four s’écroule en miettes.
    

IMG_1120.JPG


Nous décidons de revenir sur Papeete pour tenter de la remplacer.
Mais avant nous allons profiter un peu de cette île et nous prendre des vacances.
Le site est, bien sûr, magnifique, vous l’auriez deviné.
Sur cette petite île le mont le plus haut domine à plus de 1200 m
     

IMG_1105.JPG


   

IMG_1109.JPG


Tout comme les autres îles du Pacifique, Moorea a été peuplée par des navigateurs venus de l’Asie du S-E.
Appelée Maohi (ou Maori) cette culture s’est répandue dans toutes les îles du Pacifique avec des points communs comme l’art du tatouage, la cosmogonie religieuse, la pratique de sacrifices humains, mais aussi des différences comme la pratique de l’anthropophagie dans certaines îles ( les Marquises et les Tuamotus)  dont Tahiti et Moorea s’enorgueillissent aujourd’hui de n’avoir pas fait partie.

Mais revenons à l’époque contemporaine, autre temps, autres mœurs, Moorea est très prés de Papeete et de nombreux habitants font l’aller-retour quotidien pour aller travailler à Papeete.
¾ heure en ferrye, c’est quand même plus agréable que ¾ heure de métro.
Les enfants, eux,  profitent des ressources locales et la petite école de voile a du succés


      IMG_1112.JPG
    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1116.JPG

 

 

 

 

 

 

Nous, nous allons plonger en masque-tuba prés d’une épave .

    

IMG_0346.JPG


Un bateau de guerre, le Kersaint,  échoué là dans la passe.
Et une petite visite culturelle au temple de Papetoai, d’une curieuse forme hexagonale et qui constitue le plus viel édifice religieux de Polynésie.
Mais le capitaine n’y fera qu’une rapide visite,  sa conversion n’est pas tout à fait achevée.
     

IMG_1145.JPG


 Ayant d’autres préoccupations en tête.
Nous laissons Moorea
    

IMG_1156.JPG


Et regagnons une fois de plus Papeete.
1°objectif, retourner à la douane pour obtenir un papier qui nous permettra d’être, partiellement,  exonérés de taxes sur le fuel  ( 1 euro le litre au lieu de 1,40  )
Je profite d’une nouvelle promenade romantique dans la zone industrielle,
  

IMG_0349.JPG


 mais cette fois-ci par la côte, ça change tout!
     

IMG_0352.JPG


2° objectif, porte du four.
Petite promenade en bus cette fois, dans les zones artisanales de la banlieue de Papeete pour trouver le miroitier possédant le verre qui convient.
Miracle il lui en reste justement un petit morceau!

       IMG_0356.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, exploration du problème de la colle adéquate, nous découvrirons ainsi les magasins de bricolage, les chauffagistes, les carrossiers…..
L’intérêt , entre autre agrément, est de découvrir des sites inconnus des brochures touristiques.
Enfin, retour au bateau, fiers de nos acquisitions.
Le four est démonté
    

IMG_1169.JPG


La porte remontée, et……..en voulant poser (délicatement bien sûr) une presse pour mieux faire tenir la colle……..la vitre se fend sur toute sa longueur  dans un craquement sinistre!
Personne ne dit un mot, et, découragés nous renonçons et décidons de commander, via la poste, une porte neuve chez le constructeur en France, mais ceci est encore une autre histoire……à suivre dans de prochains et lointains épisodes.

 

 

 

 

Que mes fidèles lecteurs me pardonnent cette incursion dans les coulisses laborieuses de la croisière, sujet qui les aura fait sans doute un peu moins rêver dans ces pages.


Mais il y a pires soucis dans la vie et maintenant vont  commencer pour nous de nouvelles vacances.
      

IMG_0976.JPG


Nous levons l’ancre demain matin direction les Tuamotus où nous voulons retourner avant le désarmement en novembre à Raiatea.

Les commentaires sont fermés.