Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2010

St Martin- Les îles vierges- St Domingue

Jeudi 28 Janvier :

IMG_0087.jpg

 

Après un départ au petit matin, encore une traversée très ventée entre St Martin et les îles Vierges

L’équipage est sur les dents

IMG_0089.jpg

 

Et l’arrivée se fait en douceur

IMG_0095.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0101.jpg

 

IMG_0120.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous somme bien dans les îles vierges britanniques, comme l’attestent les cabines téléphoniques de Marina Cay.

IMG_0698.jpg

 

Et un petit punch au bar du coin est toujours le bienvenu

IMG_0704.jpg

 

 

Samedi 30 Janvier :        Le capitaine en profite pour essayer de résoudre les quelques petits problèmes du bord

En premier l’antenne active du GPS, que j’ai moi-même explosé en m’appuyant dessus.

IMG_0083.jpg

 

Ce type de matériel, bien sûr introuvable aux Antilles, n’est pas du tout fait pour être réparé et, malgré les talents du capitaine, il faudra sans doute en faire venir un de France par un des équipiers d’Elyes.

Heureusement nous avons deux autres GPS en état de marche.

Autre problème, mystérieux celui-là, l’eau dans les fonds du bateau.

IMG_0126.jpg

 

Impossible pour le moment d’en détecter l’origine, mais l’enquête est en cours.

 

Dimanche 31 Janvier :      séquence émotion aujourd'hui, nous rejoignons l'île de Tortola. Le but de la manœuvre est d’obtenir un visa américain afin de pouvoir faire une escale à Porto-Rico.

En arrivant en voilier, l’obtention du visa est beaucoup trop compliquée. Le seul moyen est de passer par le ferry qui relie Tortola (île anglaise) à StJohn (île américaine) qui nous délivre automatiquement un visa que nous pouvons garder 3 mois et qui sera valable même sur notre bateau.

Chose promise, chose faite, nous attrapons le ferry dans la matinée, et il nous ramènera en fin d’après-midi.

IMG_0706.jpg

 

Le seul problème (dont nous étions conscients mais nous avons pris le risque) est que nos passeports, à Alain et à moi, sont des passeports biométriques, mais pas celui de Christophe, dont le passeport est tout à fait valable, mais n’a pas la bande de lecture optique.

Arrivés à la douane de StJohn nous obtenons nos visas assez facilement, mais quand vient le tour de Christophe, c’est pour le moins une affaire d’état. Nous avons commis là une faute grave et il nous faut payer une amende de 550 dollars, que nous refusons de payer, et Christophe est banni des USA pendant 5 années, avec une procédure plus qu’incertaine, pour ne pas dire incompréhensible, vu l’énervement de la chef douanière, une sorte de « monstre » mi-homme, mi-femme, indéfinissable, qui menace de l’envoyer dans l’île voisine pour le « process », bref la cata.

Christophe leur dit que cela lui est tout à fait égal d’être banni des USA pendant 5 ans, ce qui semble énerver encore plus la chef, moi les larmes me montent aux yeux en imaginant mon fils prisonnier dans l’île voisine.

Finalement 4 policiers costauds nous entourent pour nous éjecter hors du poste, et garder Christophe.

Le soir, le ferry, ainsi que les passagers plutôt patients,

IMG_0714.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0716.jpg

 

attendront une heure que les policiers le relâchent.

IMG_0717.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0719.jpg

 

Christophe aura passé toute la journée interrogé, avec prise d’empreinte, etc…, et il reste banni des USA pendant 5 ans, pour avoir voulu fouler du pied une île américaine avec un passeport valable dans le reste du monde !

Un petit punch à bord sera le bienvenu pour nous remettre de nos émotions.

IMG_0138.jpg

 

Lundi 1° Février :       Aprés ces émotions, nous allons rester 2 jours dans la petite île de Jost Van Dick, le pirate hollandais.

IMG_0150.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0732.jpg

IMG_0724.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0728.jpg

 

Avec au programme plongée, ballades et indispensable arrêt au bistrot, à la déco un peu chargée mais intéressante.

IMG_0730.jpg

 

 

Mercredi 3 Février :         Cap plein ouest, direction St Domingue

Nous longeons Porto-Rico , mais nous ne pouvons nous y arrêter puisqu’il est interdit à Christophe d’entrer en territoire américain.

En pleine nuit le bateau est éclairé pleins phares, une vedette des coast guards nous aborde pour nous demander des renseignements sur notre identité. Les côtes américaines sont décidément bien gardées.

 

Vendredi 5 février :

IMG_0167.jpg

 

Arrêt à la marina Casa de Campo, à St Domingue.

Une marina luxueuse où vient nous accueillir le personnel en voiturettes électriques.

IMG_0175.jpg

 

6 gardes montent à bord : les douaniers, les représentants du port, les inspecteurs sanitaires, la marine de guerre, l’immigration ! Je crois n’avoir oublié personne, tout ce petit monde charmant au demeurant.

Chacun réclamant sa taxe, 73 dollars pour le port, 20 dollars pour les poubelles (ça c’est l’inspecteur sanitaire), car nos poubelles sont des poubelles internationales et ils doivent les amener à l’aéroport, peut-être doivent-ils les rapatrier dans notre pays ?

Sans oublier les backishs obligatoires etc…, etc… bref, 200 dollars pour 2 nuits.

Un jeune « inspecteur », chargé du contrôle des narcostupéfiants, monte à bord un peu plus tard et nous réclame 20 dollars.

C’en est trop pour le capitaine, qui brandit son papier officiel où ne figure pas cette nouvelle taxe, et le jeune inspecteur, peu aguerri sans doute, repart sans demander son reste.

Bravo capitaine!

 

Samedi 6 Février ;   Nous louons une voiture pour visiter la capitale, San Domingo, à environ 100km de la marina. 

Après avoir traversé ce ghetto de luxe, véritable état dans l’état, agrémenté de golfs , de terrains de polo.

IMG_0827.jpg

 

et de vigiles à tous les coins de rue, nous atteignons la sortie qui est une véritable douane, où nous passerons plus d’une heure à nous faire tamponner des laissez-passers avec photocopies de nos passeports, etc…

Dehors, c’est un autre monde, enfin un monde comme nous le connaissons habituellement aux Antilles.

IMG_0738.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0740.jpg

 

Enfin presque

IMG_0816.jpg

 

L’industrie sucrière de la canne à sucre est encore très présente à St Domingue, et nous croisons sur la route un interminable train de transport de cannes.

IMG_0819.jpg

 

Les dominicains sont très gais et particulièrement accueillants.

IMG_0815.jpg

 

Le coût de la vie est peu élevé et nous nous régalons de ces gros ananas pour 1 euro pièce

IMG_0768.jpg

 

Ce qui va nous permettre de réapprovisionner le bord en fruits délicieux.

La ville de San Domingo nous surprend par ses belles maisons coloniales

IMG_0786.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0782.jpg

 

IMG_0774.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0759.jpg

 

IMG_0805.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et ses ruelles pleines de charme

IMG_0749.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0762.jpg

 

aux installations électriques souvent innovantes et toujours surprenantes

IMG_0791.jpg

 

Christophe Colomb est partout présent, comme un peu partout aux Antilles, même si cette statue le représentant avec à ses pieds une « indigène », est aujourd’hui très controversée

IMG_0802.jpg

 

Nous regagnons notre luxueuse résidence en repassant le poste frontière avec vérification des tampons et passeports. Ouf, nous sommes acceptés !

Demain nous levons l’ancre, direction Cuba, soit environ 3-4 jours de mer.

 

 

Les commentaires sont fermés.